L'association


 

Le Groupe d’Appui et de Solidarité (GAS) est une association de loi 1901 qui depuis 2007 intervient au

travers divers activités : 

 

  • La lutte contre les discriminations : 
    • L'association propose des interventions et formations auprès de professionnel.les, bénévoles, de jeunes en milieu scolaire ou extra-scolaire sur différents sujets comme la lutte contre le racisme, le sexisme, la grossophobie, les LGBTQI+ phobies. Ces interventions et formations s'adaptent en fonction du public et de la demande. 
    • Nous organisons et co-organisons différents évènements sur l'année comme : le 8 mars, le Festival IDAHOT, la Marche des Fiertés, la Witches week, ... .
  • La solidarité internationale et l'ECSI :
    • GAS agit à l'international depuis sa création, nous avons mené différents projets au Bénin sur l'amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes du VIH/Sida. 
    • L’association propose au niveau local, l'éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale, par le biais d'interventions, de formations, d'ateliers, d'évènements auprès de public varié.
  • La formation et l'accompagnement :
    • Nous proposons des actions de formation adaptées autour de sujets variés et auprès de publics diversifiés. Nos formations visent à la fois à analyser les sujets de manière critique et à proposer des outils pour agir autrement et de manière plus responsable. Exemples : Accompagnement - projets de jeunes, Posture, méthodes et outils de l'animation, Pédagogie alternative : comment animer autrement ?, ... .

Vous pouvez télécharger notre plaquette via le lien ci-dessous. Toutes les formations peuvent être adaptées à la demande. N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations.

Télécharger
Plaquette formations.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

L'histoire 


L'association est née en 2007 d’une action de lutte contre le VIH/sida menée au Bénin. Cette action visait à agir concrètement sur les conditions de vies de personnes stigmatisées en situation de grande vulnérabilité. Le projet proposait un ensemble de réponses face à la pluralité des besoins des personnes : psychologique, social, économique et sanitaire.

Sensible aux injustices vécues par les destinataires de ce projet, le GAS a souhaité relayer leur cause en France afin de changer le regard porté sur les populations vulnérables de façon durable.

Le champ de la lutte contre les préjugés et les discriminations par une éducation à la citoyenneté et à la solidarité a vu le jour, d’abord en milieu scolaire puis ensuite auprès des professionnel.le.s de terrain et des structures agissant dans le domaine de la jeunesse et du social.

Aujourd'hui, l'objet du GAS est la lutte contre les inégalités (sociales, économiques et culturelles) dans une perspective d’inclusion sociale, d'émancipation et de redistribution du pouvoir d'agir.

 

 

Une intervention du GAS

 

Vocation


La structure appréhende les inégalités à la fois dans un contexte global (inégalité Nord/Sud) et au sein des territoires d’action ; et à la fois dans leur aspect individuel et collectif. L’association a pour ambition de mettre en lumière et de combattre les rapports sociaux de domination sous toutes leurs formes (femme-homme, classe sociale, jeunes/vieux, provenance géographique réelle ou supposée, religion, etc.), dans une dimension internationale. La place accordée au questionnement et à la remise en cause perpétuelle est centrale, d’où un intérêt pour la recherche académique, la recherche-action et les démarches évaluatives réflexives.

 

La méthode


Les actions se construisent en fonction des attentes, intérêts, envies, contraintes, des acteur.rice.s participant aux dynamiques en question. L’association s’inscrit clairement dans une perspective d’éducation populaire politique : elle cultive le respect, la bienveillance, le non jugement, l’empathie et une certaine forme politique de démocratie participative (partage de la décision et de la parole, etc.) dans ses rapports en interne, vis-à-vis de ses partenaires et de ses publics. Les interventions se réalisent sur le territoire des Hauts-de-France et au Bénin.

 

 

Une intervention du GAS